ENORME AVANCÉE POUR LES ARTISTES À PORTÉE DE MAIN AU MAROC

 

 La Fédération Internationale des Acteurs (FIA) accueille avec enthousiasme la nouvelle de l'adoption à l'unanimité par la Chambre des Députés d'une proposition de loi améliorant sensiblement le statut professionnel des artistes et, spécialement, des intermittents du spectacle au Maroc.

La FIA représente près de 85 syndicats, guildes et associations professionnelles d'artistes-interprètes dans plus de 60 pays du monde, principalement les comédiens, les danseurs mais aussi les chanteurs, artistes de variété et de cirque. Reconnue en tant qu'organisation sectorielle par l'OMPI, l'UNESCO, l'OIT, l'OIF et les instances décisionnelles européennes, la FIA milite pour une pleine reconnaissance des droits sociaux, économiques et moraux des artistes-interprètes et plaide en faveur de politiques culturelles cohérentes qui leurs permettent de vivre dignement de leur métier, conformément à la Recommandation de 1980 de l'UNESCO sur le Statut de l'Artiste.

"Nous félicitions le Syndicat Marocain des Professionnels du Théâtre, membre de notre Comité Exécutif et coordinateur du groupe Africain de notre fédération – dit Dominick Luquer, Secrétaire Général de la FIA - et louons l'esprit d'équipe de tous les syndicats et organisations du milieu artistique au Maroc, qui ont contribué à cette avancée significative. La FIA exhorte désormais la Chambre des Conseillers à consacrer définitivement le droit des artistes et des intermittents du spectacle à un statut professionnel conforme à leurs aspirations légitimes".

"La FIA se réjouit de cette bonne nouvelle – dit Ferne Downey, Présidente de la FIA. Cette proposition de loi rattache solidement les différentes disciplines artistiques au code du travail. Il s’agit d’un pas déterminant vers la négociation collective, qui aidera les artistes-interprètes et exécutants à sortir enfin de la précarité, à bénéficier de prestations sociales et, tout simplement, à envisager sans crainte de faire de leur art, leur métier. Nous espérons que lors de son passage devant la deuxième Chambre du Parlement, cette proposition soit soutenue, voire même améliorée - notamment en conditionnant l'octroi de subventions publiques aux entreprises artistiques à la négociation préalable de conventions collectives avec les syndicats du secteur".

Cette importante initiative est le fruit d'une entente historique entre la majorité gouvernementale qui a proposé la reforme de la loi n. 91.71 de 2003 sur le statut de l'artiste et l'opposition. Cette collaboration reconnait la pleine légitimité des revendications des artistes et, spécialement, des intermittents du spectacle au Maroc.

La FIA tiens à louer l'excellent travail accompli par le Ministère de la Culture et le Ministère de la Communication et de l'Emploi, en étroite collaboration avec les organisations représentatives des différentes disciplines artistiques. 

La FIA salue également le parrainage admirable réalisé par le Syndicat Français des Artistes-Interprètes, qui depuis deux ans accompagne la réflexion du Syndicat Marocain des Professionnels du Théâtre et la démarche militante de ses adhérents. 

Référendum sur les coupes budgétaires en ville de GE

La culture à Genève est aujourd’hui attaquée de toutes parts. Après les coupes annoncées par le Canton, la majorité du Conseil municipal de la Ville de Genève a imposé des coupes à hauteur de 2,5 millions de francs pour nos secteurs d’activités, alors que le budget présenté par le Conseil administratif était excédentaire de 8,2 millions de francs. Ces coupes n’avaient donc pas lieu d’être et pourtant elles représentent :

  • 2 % à toutes les structures subventionnées (groupe 36) ;
  • 10 % dans les fonds généraux destinés à la création artistique et au soutien des artistes et compagnies indépendantes (groupe 36) ;
  • 2,5 % dans les prestations culturelles et sociales offertes à la population (groupe 31).

Elles interviennent alors que le secteur culturel est déjà fragilisé par un alourdissement des procédures administratives et de nouvelles dispositions légales cantonales contraignantes (Loi sur la culture, Loi sur la répartition des tâches, Loi sur la restauration, le débit de boissons, l’hébergement et le divertissement).

Ces coupes ont été décidées sans consultation des milieux concernés et sans réflexion sur leurs réels impacts. Les répercussions sur l’offre culturelle et le rayonnement de notre ville seront lourdes à court et long termes. Ce sont non seulement des institutions, des associations, des emplois (artistes, créateurs, personnel technique et administratif, artisans, etc.), et des lieux de travail qui sont en danger, mais plus largement la place de la culture dans notre société. La culture, dans toute sa diversité, est une force vitale et dynamique pour notre cité.

Nous invitons les électeurs et électrices de la Ville de Genève à signer les deux référendums pour dire :

NON à la destruction des moyens de création ; NON à la diminution des événements culturels ; NON à la restriction de l’accès à la culture pour les citoyennes et citoyens ; NON à l’affaiblissement aux secteurs social et culturel, et de la fonction publique.

Signez et faites signer les référendums aujourd’hui, afin de garantir un paysage culturel diversifié, des moyens de créations adaptés, des événements culturels de qualité, et surtout une culture accessible à toutes et à tous!

LE SFA ET LA FÉDÉRATION CGT DU SPECTACLE DEMANDENT RÉPARATION AUX CDN !

Nouvelles de nos camarades français.

En 2003, à la suite d`une longue procédure judiciaire qui l’avait opposé à l’ensemble des Centres dramatiques nationaux (CDN) pour cause de non-respect, par eux, d’un accord sur le volume d’emploi, le Syndicat français des artistes interprètes Cgt (SFA) avait signé avec le SYNDEAC, en présence du Ministère de la Culture, un accord relatif au volume d’emploi et à la durée des contrats des artistes interprètes dans les CDN.

Cet accord a été intégré dans la convention collective des entreprises artistiques et culturelles et fait l’objet d’un arrêté d’extension de la part du Ministère du Travail. Il prévoit notamment que 25% du total des heures travaillées par les différents services de ces entreprises (administratifs et techniques) soient consacrées à des embauches directes d’artistes interprètes.

12 ans ont passé depuis et force est de constater que cet accord n’a pas plus été respecté que le précédent par les entreprises dont la mission première est la création théâtrale au service des publics les plus larges. Cette mission primordiale nécessite pourtant la présence continue d’artistes interprètes au sein de ces maisons.

L’accord auquel nous faisons référence a été bafoué par de nombreux directeurs avec la complicité du Ministère de la culture qui a laissé faire et la situation des artistes interprètes n’a cessé de se dégrader.

A ce jour et au vu des seuls documents fournis par le Ministère, ce sont des centaines de milliers d’heures de travail et plusieurs millions d’euros de salaire qui ont manqué durant les 5 dernières années aux comédiennes et aux comédiens vivant dans notre pays.

Devant cette situation particulièrement inique lorsqu’on connait le chômage structurel des artistes interprètes et à l’heure où le Ministère s’apprête à remettre en cause les cahiers des charges des entreprises labellisées qu’il subventionne, le SFA et la Fédération CGT du Spectacle ont considéré qu’il n’était plus possible de tergiverser : ils ont assigné devant le Tribunal de Grande Instance le SYNDEAC et les 15 Centres dramatiques nationaux ayant les plus mauvais résultats en matière d’emploi des artistes interprètes et de respect de l’accord national étendu sur le volume d’emploi et la durée des contrats des artistes interprètes dans les CDN.  

Aujourd’hui, l’Usine est menacée de fermeture. Nous avons choisi de nous mobiliser.
Usine_face_hor

Pour certaines et certains, c’était il y a trente ans. Pour d’autres vingt ans, ou dix ans... 

Nous avons été au début de l’aventure, ou nous l’avons rejoint plus tard. Fondateurs-trices, organisateurs-trices, bénévoles, artistes, utilisateurs-trices, spectateurs-trices, visiteurs-euses, nous avons toutes et tous en commun d’être passés par l’Usine. D’y avoir fait nos premières armes en matière de création, d’organisation de spectacles ou de gestion collective et culturelle. Pour certain-e-s, ce passage a duré des années, pour d’autres un peu moins. Nous en avons toutes et tous gardé un souvenir indélébile. Une expérience de partage, de mise en commun des énergies, mues par une dynamique singulière et extrêmement stimulante. Nous en avons retiré un rapport au monde basé sur la solidarité, la tolérance, mais aussi la ténacité et la combativité. Un rapport au monde qui nous accompagne encore aujourd’hui dans nos pratiques quotidiennes, qu’elles soient professionnelles, sociales ou artistiques.

Certaines et certains d’entre nous sont devenus des acteurs reconnus de la Cité, d’autres ont placé notre ville et l’esprit qui la caractérise sur la carte du monde culturel et artistique bien au-delà de nos frontières. Un esprit axé sur l’ouverture aux autres et au monde.

Signer ! Version française, german version & english version

 

Adhérez dès maintenant au comité de soutien à la Nouvelle Comédie!
Capture d’écran 2015-11-26 à 09.55.05

La Nouvelle Comédie s’inscrit dans le site de la gare des Eaux-Vives, sur le parcours du chemin de fer en construction Cornavin – Eaux-vives – Annemasse (CEVA).

Elle comportera une salle de 500 places et une seconde salle modulable de 200 places, deux salles de répétition, des studios de travail, des ateliers de menuiserie, de serrurerie, de peinture, d’électricité, de costumes, etc. ainsi que des locaux de stockage et des magasins pour le matériel de scène et l’outillage. Un café-restaurant et plusieurs espaces destinés à des animations et activités pédagogiques complètent cet équipement. La construction est prévue de 2016 à 2019.

Fondée en 2001, l’Association pour la Nouvelle Comédie (ANC) regroupe des professionnels du théâtre genevois convaincus de la nécessité de construire un nouveau bâtiment pour accueillir la Comédie de Genève. La vétusté et les contraintes du bâtiment actuel limitent les possibilités artistiques et les projets de rénovation, chers, ne donnent pas satisfaction. Forte de ce constat, l’ANC a pris les devants et rédigé un cahier des charges architectural pour une Nouvelle Comédie. Elle a ensuite été associée par la Ville de Genève à toutes les étapes du projet.

Soutenez-nous !

 

Rendez l’internet équitable pour les artistes interprètes !
fair-internet-performers

Durant les six premiers mois de 2015, plus d’un billion (1000 milliards) de chansons, films et épisodes de séries TV ont été écoutés ou vus en streaming – soit plus du double du chiffre de 2014.

Pourtant, alors que les Spotify, Netflix, iTunes et autres services légaux de streaming et de téléchargement voient leur popularité et leur valeur croître de façon continue, les artistes interprètes ne perçoivent toujours pas leur juste part des revenus générés sur ces plateformes par leurs interprétations.

Pour mettre un terme à cette situation inéquitable, quatre organisations internationales représentant plus d’un demi-million d’artistes interprètes en Europe (AEPO-ARTIS, EuroFIA, FIM et IAO) ont décidé de joindre leurs efforts et de lancer une campagne pour le traitement équitable des artistes interprètes dans l’environnement numérique (la campagne Fair Internet).

À votre avis, les artistes interprètes devraient-ils être équitablement rétribués ? Si oui, vous pouvez nous aider y parvenir. Il vous suffit de signer cette pétition et de la partager avec vos amis et collègues sur les réseaux sociaux. Une prise de conscience est l’indispensable préalable à la mise en place d’un cadre légal équitable pour les artistes interprètes en Europe.

Merci pour votre soutien !